Exposition actuelle   

Souffle d'Iran

Visible du 12 septembre au 25 octobre 2020

L'artiste Afi Nafissy d'origine iranienne bouleverse quiconque regarde ses œuvres. D'abord, les couleurs vives et orientales captent l'œil, ensuite la texture et la composition de ses toiles témoignent d'une grande sincérité mêlant tradition et modernité, structure et harmonie.

 

Après des études d'architecture d’intérieur à Genève, l'artiste revient à la peinture et se spécialise en gravure pour en faire son métier. Le carré occupe une place centrale dans son œuvre. Il est l'un des quatre symboles fondamentaux (avec le centre, le cercle et la croix) et représente la terre par opposition au ciel (cercle). Par ses quatre côtés, il structure, protège, stabilise. On peut y voir les murs d'une maison ou encore la recherche de la forme parfaite. Ainsi Afi Nafissy commence ses toiles par le centre dans lequel elle intègre différents matériaux anciens ou de sa propre création : papiers marouflés, gravures, calligraphies, pièces d’argent, talismans etc. afin d'atteindre l'équilibre, l'émotion, l'amour et l'harmonie dans ses compostions.

 

Depuis peu, Afi Nafissy inclut dans ses toiles une nouvelle forme, le triangle. Symbole du feu mais aussi celui du cœur.  Un duo qui prend tout son sens sachant que l'artiste est très imprégnée par deux poètes persans : Rûmi (Jalal Al Din Rûmi), poète de l'amour et de la spiritualité du XIIIe siècle et fondateur du soufisme et Attâr poète mystique narrant le voyage de milliers d'oiseaux à travers les sept vallées (le désir, l’amour, la connaissance, le détachement, l’unicité, la perplexité et l’anéantissement) qui symbolise l’itinéraire de l’âme en quête du divin.

A l'étage vous trouverez une très belle suite de gravures s'inspirant du Cantique des oiseaux du poète d'Attar.

Le Cantique des oiseaux est considéré comme un chef-d’œuvre de poésie mystique perse. Attâr chante le voyage de milliers d’oiseaux en quête de Sîmorgh, manifestation visible du Divin.

 

Brûlés par le désir de trouver leur Roi, tous les oiseaux du monde se réunissent.

Guidés par la huppe, messagère de Salomon, ils décident de s’envoler vers Sa majesté Sîmorgh, l’Être divin, qui vit sur les hauteurs du mont mythique Qâf.

La huppe connaît le long et difficile voyage, elle en sait les dangers et les épreuves.

 

Il faudra traverser les sept vallées successives du Désir, de l’Amour, de la Connaissance, de la Plénitude, de l’Unicité, de la Perplexité, du Dénuement et de l’Anéantissement, pour parvenir enfin jusqu’à Simorgh. Sur des milliers d'oiseaux, seuls trente parviennent à leur but, mais ils ne trouvent dans la Sîmorgh que le reflet d’eux- mêmes. En persan, sî morgh signifie littéralement « trente oiseaux ». Attâr exploite l’homonymie Sîmorgh/sî morgh pour signifier que les sept vallées sont un cheminement intérieur et qu’au terme du voyage les oiseaux ne trouvent et ne peuvent voir qu’eux-mêmes.

Evidemment on parle d'oiseaux mais on peut y voir le reflet de nos propres âmes,  c'est un voyage méditatif et une rencontre avec soi même.

(les textes sont à coté de chaque gravure)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contact et réservations

 

Tel: +41 (0)21 903 11 73

Email: fondation@estree.ch

Adresse

 

L'Estrée

CP 4 – Bourg-Dessous 5

1088 Ropraz, Suisse

Horaire de visite

 

du jeudi au dimanche

 de 14h à 18h

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Youtube
  • Instagram